vitraux, gard, association, cours, stages, activités autour du vitrail

le duché d'Uzès, atelier vitrail

L'origine du Duché D'Uzès par M. Lionel d'Albiousse

 


 

Uzès, ce nom si noblement porté par l'illustre Maison ducale de Crussol d'Uzès, est celui d'une petite ville (1), autrefois premier duché-pairie de France, aujourd'hui simple chef-lieu d'arrondissement dans le département du Gard en Languedoc.

 

Cette ville, si remarquable par ses monuments et ses souvenirs féodaux, est fort ancienne. Appelée par les Celtes Vcetio (2), les Romains lui donnèrent le nom de Castrum Vcetiense, à cause d'un camp qu'ils y avaient établi et sur l'emplacement duquel se trouve actuellement le château ducal.

 

Dès les premiers siècles de l'Eglise, elle fut évangélisée, ainsi que le constate une crypte récemment découverte et restaurée, où nos pères venaient se réfugier et prier comme les premiers chrétiens de Rome aux catacombes (3) .

 

Des Romains, elle passa momentanément sous la domination des Vandales, qui la ravagèrent en 402 (4).

 

Tour à tour wisigothe sous Euric (470), française sous Thierry, fils de Clovis (507), ostrogothe sous Théodoric (511), sarrasine au VIIIe siècle et connue sous le nom d'Ucetia, elle redevint française sous Charles-le-Chauve, sous le titre de comté (5), pour faire, bientôt après, partie du royaume de Provence, usurpé par Bozon ; puis elle ne tarda pas à être placée sous la suzeraineté du comte de Toulouse et fut connue sous le nom d'Uzès, qui lui fut attribué dès l'année 1157, à la place de celui d'Ucetia (6).

 

En 1214, elle fut prise pas Simon de Montfort, qui en fit don à l'évêque d'Uzès. Elle n'était plus, par suite des chances de la guerre, qu'une seigneurie qui tomba de nouveau sous la suzeraineté du comte de Toulouse et ensuite du roi de France, à partir du XIIIe siècle, mais Robert, seigneur d'Uzès, combattit si vaillamment à la bataille de Cassel, gagnée sur les Flamands révoltés, le 23 août 1328, que le roi Philippe de Valois érigea la seigneurie d'Uzès en vicomté par lettres patentes datées du camp près d'Ypres, le 4 septembre 1338 (7).

 

Vers la fin du XVe siècle, la descendance mâle de ce Robert s'éteignit en la personne de Jehan, vicomte d'Uzès, dont la fille Symone épousa, le 24 juin 1486, Jacques, baron de Crussol, grand chambellan et grand pannetier de France, gouverneur du Dauphiné (8).

 

Plus tard, la vicomté d'Uzès fut érigée par Charles IX en duché, par lettres patentes datées de Mont-de-Marsan, au mois de mai 1565, et en pairie par de nouvelles lettres datées d'Amboise, en février 1572.

 

C'est ainsi que, par l'ancienneté de son duché-pairie, le duc d'Uzès était, avant la Révolution, le premier duc et pair de France, et marchait, dans les cérémonies, immédiatement après les princes du sang (9).

 

Nous nous proposons d'écrire l'histoire des ducs d'Uzès, mais il importe de faire préalablement connaître leurs ancêtres, les seigneurs et vicomtes de notre ville. Nous terminerons ce travail par la description du château ducal, dont les hautes tours féodales qui subsistent encore révèlent l'antique splendeur seigneuriale de la Maison d'Uzès.

 

Photo 1 : Le Duché

Photo 2 : Tour Fenestrelle, clocher de la Cathédrale de style roman du XIII° siècle

Photo 3 : Le Duché

Photo 4 : Boutique de la place aux Herbes

Photo 5 : Fenêtres géminées de la Tour Fenestrelle

Photo 6 : Eglise Saint Etienne

Photo 7 : La vallée de l'Eure

Pour en savoir plus .....

Histoire d'Uzès

Les premières traces d'une occupation à Uzès sont situées au bord de l'Alzon, principalement autour de la source d'Eure. Ensuite, connu au Vème siècle sous le nom d'Ucetia, un oppidum s'implante au sommet de la colline. En 50 après J.-C., les Romains décident de capter la source d'Eure pour alimenter en eau la ville de Nîmes. Ils construisent un aqueduc long de 50 km dont la pièce maîtresse est le Pont du Gard, qui enjambe le Gardon.

Uzès, la Cité des Évêques

Uzès a été le siège d'un Évêché du Ve siècle à la Révolution. Les Évêques d'Uzès, très puissants, ont le droit de battre monnaie, de rendre justice et achètent même au XIIIe siècle une partie de la seigneurie d'Uzès. La rivalité entre les seigneurs d'Uzès et les Évêques est constante et se traduit par de nombreux conflits et procès. Au XVIIIe siècle, le diocèse d'Uzès figure parmi les plus vastes du Languedoc (193 paroisses).

Un Saint et un Pape

Saint Firmin, quatrième Évêque d'Uzès, était vénéré pour avoir fait des miracles contre la peste, ce fléau du Moyen Âge. Ses reliques reposent toujours dans la Cathédrale Saint Théodorit. Quant à Guillaume de Grimoard du Roure, futur Pape Urbain V, il officiait auprès de l'évêque d'Uzès au XIVe siècle.

Uzès : Premier Duché-Pairie de France

L'existence des seigneurs d'Uzès est attestée dans une charte de 1088. Deux siècles plus tard (en 1229), le Languedoc est rattaché à la Couronne de France et les seigneurs d'Uzès s'illustrent dans différentes guerres. Leur fidélité à la couronne leur vaut de devenir vicomtes, puis comtes et enfin ducs. En 1632, le dernier Duc de Montmorency, alors Premier Duc de France, se rebelle contre le Roi. Il est décapité et le titre échoit alors, par ancienneté, au Duc d'Uzès. La famille d'Uzès possède le château au centre de la ville, où elle séjourne périodiquement depuis plus de mille ans.

Premier Duché - Pairie de France

Les Ducs d'Uzès, par ce titre, occupaient le premier rang après les princes de sang. Pendant plusieurs siècles, ils ont détenu de nombreux droits lors des cérémonies à la cour : chevalier d'honneur de la Reine Mère, ils portaient les honneurs (sceptre et couronne) lors des sacres ou encore ils prononçaient la phrase rituelle « Le Roi est mort, vive le Roi » lors des obsèques. Ils avaient aussi le devoir de mettre leur épée au service du Roi. Ainsi vingt et un Ducs d'Uzès furent tués ou blessés sur les champs de bataille.

Uzès : place forte huguenote

Au milieu du XVIe siècle, beaucoup d'uzétiens sont calvinistes et la ville est alors la cinquième ville protestante du royaume. Les guerres de religion provoquent la destruction de toutes les églises et du temple qu'Uzès comptait alors. La révocation de l'Édit de Nantes en 1685 provoque le départ de nombreux uzétiens vers les pays protestants d'Europe ou leurs colonies. Les « nouveaux convertis », écartés des fonctions publiques, s'enrichissent dans le négoce.

De la Révolution à la révolution industrielle

Depuis le XVe siècle, Uzès fabriquait des serges de laine et des draps, puis des bas et enfin de la soie. La maladie du mûrier enleva à la ville son activité textile qui occupait alors jusqu'à 2 000 personnes. Ce déclin entraîna celui de la ville, même si quelques activités comme la poterie ou la fabrication de réglisse se développèrent à la fin du XIXe siècle.

Uzès aujourd'hui

Le XXe siècle est celui de la renaissance de la ville. Son centre-ville est classé secteur sauvegardé en 1965, sous l'impulsion d'André Malraux. Commence alors une période de restauration de l'important patrimoine de la cité. Au début de ce XXIe siècle, Uzès est plus que jamais une petite capitale au grand renom, classée en décembre 2008 « ville d'Art et d'Histoire ».

uzès st quentin la poterie élève école Action culturelle vers la création d'un vitrail grandeur nature stage vitrail atelier vitrail formation vitrail gard uzès maison uzès in vitraux nimes lHauts-de-Seine Île-de-

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site